Archivos para mayo, 2010

De frenchy yo

Posted in Fotos / Photos, Proyectos/ Projets on mayo 30, 2010 by marie

Hace poco tuve la oportunidad de exponer algo con amigos en una fiesta justo un día después de mi cumpleaños.

Un cumple siempre es una buena excusa o oportunidad para hacer una introspección personal o por lo menos -si tienes demasiadas fiestas previstas-, hacer una comparación con el anterior.

Yo al cumplir el cuarto de siglo y al ver que en un año adquirí más consciencia que en 24 años de pura acción pues tomé esta exposición un poco como terreno de juego…. Al ver tantas cosas guapas en esta vida mis ojos se habían quedado fritos.

Decidí exponer fotos a razón de una por marco…pero con toda esta emoción  mi mente se enloqueció un poco, quise utilizar la belleza de las palabras, la nitidez del trazo de un dibujo, la materia real de una flor…¡un collage entonces!

Pues si molt bé Marie, ¡excelente!

Pero ¿tú de qué vas tía?

¡No se improvisa así como así un collage! Hay que tener un mínimo…que sea un interés visual o que se entienda algo…y esto todo junto pues es too much niña… (la madurez es para los 30)

Esto me decían por aquí…

¿Crear para sí mismo o crear para los demás? Preguntaban por allá…

Pues yo ni me lo pensé  me expresé sin pensar en la responsabilidad  que debía tener…expresé con “energía vital” …vomitándolo todo

Así que un poco de reflexión no viene mal a nadie.

Si creas  te encanta el proceso pero si lo sacas fuera de ti es también para que esta expresión evolucione por eso hay que tener un poco de rigor al momento de traducir tus ideas.

Pues rigor, ya que expongo con gente de puta madre tengo que repensar mi collage…lo cambié el lunes, lo volví a cambiar el martes y el miércoles casi no dormí.

Es un proceso increíble, lo pasé genial, me asombró ver como una idea  va, corre, se para y regresa. Las imágenes se fueron transformando, cortando, los marcos se dividieron y se unieron, el texto se fue reduciendo.

Mi idea fue entonces  ir a lo esencial, depurarlo todo.

Seguí mi hilo conductor, el humano, su entorno, por qué vine aquí, las emociones, el cine, el tiempo, los trenes. “¡Vaya tela!” como dirían aquí.

Difícil… entonces elegí unir todo bajo un icono,  no tengo fe en Dios sin embargo soy capaz de idolatrar como religiosa, será mi Ave María.

Pues un ave de mujer a mujer, una de mi primera grande maestra en el mundo del cine, Agnès Varda, la poeta de Sète.

Así que como el mar nos une en La Pointe Courte, mi imaginación nos unió en este marco, en un lindo “bordel”, que me gustó hacer. Sin pretensión ninguna, para el único placer de ver como una persona, un encuentro, unas imágenes, hacen que mostraron que yo también vine aquí para expresarme.

Así que Gracias Agnès.

Gracias también a toda la gente en este camino, maravillosamente apasionante, y especialmente a los eternos de siempre venidos de Francia para este fin de, que como yo este año cumplían el cuarto de siglo por eso teníamos que celebrarlo a lo grande. Cado uno de estos seres queridos tienen su cosa especial, pueden ser distintos o  estar lejos de ti pero siempre quedarán como hermanos o hermanas que “cambian o evolucionan”… “à la vie à la mort” les quiero!

más a bajo el texto que acompañaba

Récemment j’ai eu l’occasion d´exposer avec des amis lors d’une soirée juste un jour après mon anniversaire.

Un anniversaire est toujours une bonne excuse ou une bonne opportunité pour faire une sorte d´introspection personnelle ou du moins si vous avez trop de fêtes prévues de faire une comparaison avec le précédent. Moi à voir ce quart de siècle et cette année composée de plus de prises de conscience que ces 24 années de pure action réunies… j’ai pris cette exposition un peu comme un terrain de jeux …. de voir tant de belles choses dans cette vie mes yeux ont frits !

Cela devait être des photos, une par cadre … mais avec tant d´émotions mon esprit s´est un peu emballé. Je veux utiliser la beauté des mots, la netteté d’un trait de dessin, la vraie texture d’une fleur … donc un collage !

Super Marie, excellente idée!

OP OP OP madame !!! mais où allez vous comme ça?

Tout le monde ne s’improvise pas comme ça dans le collage eh oh! I

l doit avoir un minimum … que ce soit un intérêt visuel ou qui veuille dire quelque chose … et tout ça ensemble c´est trop petite, c´est trop… (oui la maturité c´est pour les 30 ans)

Me dit on par ici…

«Créer pour soi-même ou créer pour l´extérioriser face à un public? » M´interroge-t- on par là …

Ah soit— je n´y avais jamais pensé… je créais pour exprimer et sans trop penser en la responsabilité  qui découlée de celle-ci.  J´essaie juste de sortir un peu de cette « énergie vitale », je « vomis » tout ça y punto.

L´heure de la réflexion est donc venue.

Le processus de création est passionnant certes seulement voilà comment faire pour traduire toutes tes idées ? Enfin pour qu´il y ait du sens au final ?

Don un peu de rigueur ! D´autant plus que j´expose avec 2 amis cracs donc … je repense mes collages, je change le lundi, je change le mardi, mercredi je dors 2 heures …

Il s’agit d’un processus incroyable, une explosion, je suis étonnée de voir comment une idée va, court, s’arrête, et revient. Suivant son rythme mes images se coupent, le fond change, les cadres se mélangent, le texte se réduit.

Allez à l’essentiel, épurer.

Je suis mon fils conducteur, l’être humain, son environnement, pourquoi je suis venu ici, les émotions, le ciné, le temps, les trains… oulaaa

Difficile … Je choisis de tout centré, autour d´une icône –qui n´a pas la foi religieuse est quand même capable d´idolâtrer-  ce sera donc mon Je vous salue Marie.

Un ave de femme à femme je choisis évidemment la poète de  Sète, celle qui m´a ouverte une autre porte du cinéma, Agnès Varda.

Alors que la mer nous unit parfois à La Pointe Courte mon imagination nous unit dans ce joli bordel. Sans aucune prétention mais pour le seul plaisir de me rappeler qu´une rencontre tout comme des images et évènements, m´assurent que moi aussi je suis venue ici pour m´exprimer.

Alors Agnès Merci.

Merci aussi à tous les gens rencontrés en chemin, follement passionnant, une super dédicace aux vieux de la veille qui comme moi fêtent le ¼ de siècle en 2010 et qui sont venus à Barcelone ce week-end là pour qu´on le fête ensemble. Ces amis qui ont chacun leur particularité magique, et qui même si très différent ou loin de toi seront toujours ton frère ou ta sœur de cœur car même si « on change ou on évolue » ( ?¿)… nous c´est « à la vie à la mort ! ». Love you babes !

Voici le texte accompagnant les photos et collages.


TEXTO QUE ACOMPAÑABA

TEXTE QUI ACCOMPAGNAIT


Me despierto en el planeta Tierra…

HOLA DÍA                   HOLA VIDA

Oye hijita…

Ven aquí

Ven ven

Quiero saber … ¿tu quien eres?    Y  ¿A dónde vas?

¿y qué estás haciendo exactamente?      O sea… ¿Para que estás aquí? ……dime

¿PA´QUE?………. ¿PA´QUE?…….. ¿PA´QUE? …¿PA´QUE?

euhhhh

Busco…   .                   .             .                                    …

En mi pueblo hay 5000 habitantes

En mi vestíbulo, muchos recuerdos

¿Estaba presente?

Voy

Busco…

Simona siempre tiene frases bonitas

—————- me gusta el tren———

VOY más allá

Voy sin buscar

A veces voy rápido

Muy rápido

Más rápidorapidorapidorapidorapidorapidorapidorapidorapidorapidorapido

Rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrapido

Cuidado esta luz no es un sol….

FIRE WALK WITH ME

Me quemo un poco

——————————————————————————————————————-

—————————————————————————————————-

————————————- je tourne pas la page je change de livre

Sigo buscando…

Encuentro cosas,

TIC TAC TIC TAC

Cosillas….                   Que cuarto más caótico Marie

parece..no lo tomes mal…vomito…

un montón de cosas…

VOY

Voy en Sète …….      h  a  y            e    l            m           a            r……………………

*           *                        *                  *                                               *             * ***

……*               *     ………………………  *          …    más lento   *             *                                       *             *

*

en el barrio “La Pointe courte”, se cuelga la ropa

Ella grabó su primer corto  aquí

Si señora justo aquí.

Y tenía 25 años        *  * * * * * * ** * ********* * *          * * *  *   * * **********                         *          *         * * * *         *                                             *                    *         *    *

*                   *

*         ***                                                                          *                          * yo les cumplí ayer.

Expresar la vida

Vivir la expresión

Sète un jour Sète toujours

Posted in Fotos / Photos on mayo 27, 2010 by marie

leaving living !!!!!!!!

Posted in Fotos / Photos on mayo 22, 2010 by marie

Une envie de soleil en bord de plage ?

Posted in Artículos / Articles, Entrevistas/ Interviews, Musica / Musique on mayo 20, 2010 by marie

Rencontre avec Butano Bazaar.

Septembre 2002, “¡Butano! ¡Butano!” crie-t-on dans les ruelles du Raval.

Ce cri ne tombera pas dans l’oreille d´un sourd, mais dans celles d´Amaury, parisien immigré à Barcelone qui l´utilisera pour nommer le duo musical qu´il forme en 2006 avec Noemí.

De part son caractère cosmopolite grandissant lié à l´intégration de musiciens d´ici et là-bas, le suffixe « Bazaar » deviendra vite obligatoire.

Butano Bazaar bonjour !

Alors BB est effectivement à la base un duo, plus précisément un de ces couples qu´on voit dans les films, plus équilibrés que le ying et le yang et générant une créativité musicale savoureuse.

Honneur aux dames…on commence avec Noemí, madrilène, de formation classique (6 ans au piano), dotée d´une parfaite connaissance du solfège. Dans le groupe elle chante, contrôle l´harmonie et joue de l´accordéon, instrument qu´elle a d´ailleurs appris en autodidacte sur un de ces accordéons jouet. Elle dispose d’une ample expérience musicale composée notamment  d’un flirt avec le punk durant son adolescence madrilène, et d´un travail vocal qui apporte à présent toute une douceur aux textes.

A ses côtés Amaury, qui écrit la plupart de ces derniers, chante et joue de la guitare. Il recherche le timbre du son, et joue comme il le sent. Si spontané que ses accords sans noms posent parfois des soucis d´accompagnement à Noemí qui doit alors regarder sur le manche pour savoir où sont placés ses doigts.

Ils se présentent en croisés et très naturellement.

Puis la mer qui les unit, qui berce ce bel ensemble et amène sur sa plage en 2007, 2 musiciens supplémentaires, avec chacun un apport particulier.

Owen du Canada, le bassiste, est l´oreille du groupe. Il est le côté électro, étant le seul branché, il donne à l´ensemble acoustique un côté plus « freaky ».

Enfin pour donner encore plus de « caña » au groupe, Rodrigo avec sa batterie faite maison permet aussi un espace à la danse. Un joli mélange donc pour tous les goûts, qui seront au Freak festival ce 21 mai à La Ovella Negra

Pour plus de son :

http://www.myspace.com/butanobazaar

Et pour plus d´infos et de recettes de cuisine:

http://butanobazaar.org/

Plus qu´une réponse, une expérience

Posted in Artículos / Articles, Teatro/Théâtre on mayo 19, 2010 by marie

Lorsqu´on écoute le tableau “Ceci n´est pas une pipe” de Magritte on s´interroge alors sur la nomination de l´objet, le mot et son concept en soi.

Lorsqu´on goute le  monologue de Juliette “Une rose sentirait-elle aussi bon si elle ne s´appellerait pas une rose?” on questionne alors sur ce que la nomination de l´objet connote sur nos sens,  et sur ce que nos sens véhiculent sur ces mots.

Alors lorsqu´on pousse la réflexion un peu plus loin et qu´on se demande comment ces sens s´expriment et quelle est la forme de leur langage, c´est qu´on est au cœur d ´une performance de la compagnie « El teatro de los sentidos ».

On y va ?

5 sens donc 5 mots pour comprendre EL TEATRO DE LOS SENTIDOS.

Les habitants

Tout part d´un homme, Enrique Vargas. C´est qui a fondé le premier groupe d´habitants en Colombie à l´Université Nationale de Bogota et depuis le projet s´est développé à Barcelone mais aussi en Italie, Hollande et Danemark.

Son idée il avait déjà bien claire depuis tout petit, quand tout le monde le croyant endormi, lui s´amusait à se cacher et à épier les autres, ces grands adultes encore éveillés. Ne pouvant pas avoir face à lui les protagonistes au risque de se faire découvrir, ce sont par conséquent les ombres qui lui racontaient toute l´histoire.

Il commença alors à se demander comment une histoire pouvait être racontée.  Qu´est ce que le jeu permettait dans cette narration ?

Des années plus tard il se forma comme anthropologue et ce sont ceux des Indigènes qu´il observa, leurs rituels, traditions, et leurs mythes.

Les membres de la compagnie sont au nombre variable entre 8 et 20 et viennent de toute part. Ils ne s´appellent pas acteurs mais habitants car ils préfèrent habiter les espaces entre Montjuic, Copenhague, Italie entre autre, où ils invitent à un grand questionnement, celui des sens et son langage.

L´espace

Les habitants interviennent dans un espace, ils l´habitent et le déshabitent et le mettent au cœur de leur recherche. L´espace est en effet la condition de base à l´exploration du langage des sens. C´est lui qui permet l´important jeu du questionnement par des mises en scènes propices à la mise en situation directe du spectateur. Ainsi dès son entrée celui-ci devient protagoniste et est cordialement invité, lui aussi, à s´interroger. Il n´est pas obligé, la compagnie n´a d´ailleurs aucune réponse à lui fournir, ce qu´elle désire lui transmettre c´est l´expérience. Le fait en soi de se poser la question est l´art du langage des sens. On en ressort transformé.

Le langage

Les habitants explorent donc dans un espace un langage, un langage connu, mais dans une perspective différente. Le travail qui se fait depuis des années par cette compagnie, en spectacle, en ateliers, avec ou sans public, est une recherche sur le sens des sens. Comment peut on sentir par le genou ? Comment peut-on voir par l´oreille ? Comment peut on écouter avec la langue ?…

Le langage est travaillé à partir d´un thème (un des derniers fut la ville) qui sert de point de départ aux questions.

L´expérience

Ces questions les amènent donc à vivre une expérience dans laquelle ils remettent en cause les pratiques habituelles liées au sens (voir avec les yeux, écouter avec les oreilles) et ce non pas dans l´espoir d´une réponse claire mais dans celui d´une transformation. L´expérience du jeu est donc libératrice d´une inquiétude celle d´exprimer un langage plus poussé de nos sens.

Ce jeu est souvent basé sur l´observation au départ, la mise en situation et l´improvisation. L´intérêt est qu´il ouvre une porte sur un terrain de jeu nouveau, que chacun peut découvrir selon son ressenti, car il a vécu ce jeu dans cet espace l´habitant a changé quelque chose en lui, il a exploré un sens dans un autre contexte et de cette expérience il en ressort un enrichissement personnel plus satisfaisant que quelconque réponse préconçue.

L´œuvre

Pour vivre l´expérience avec le Teatro de los Sentidos et apprécier leur œuvre plusieurs possibilités : une première ponctuelle , aller à une représentation, et une autre plus complète qui est de suivre un cycle.

Le cycle est un bon moyen de commencer ce travail de recherche et comprendre ce jeu des sesn. Il se fait sur 4 week-ends au printemps et en hiver  (un intensif de 10 jours est donné en été) et se structure en 4 blocs :

–       l´introduction au langage sensoriel,

–       laboratoire d´approfondissement,

–       poétiques des sens,

–       les jeux dramaturgiques.

De plus il est possible d´effectuer un diplôme de « postgrado » sur toute l´année scolaire réalisé en partenariat avec l´Université de Gironne.

Au niveau des représentations, n´hésitez pas à consultez l´agenda sur leur site : http://www.teatrodelossentidos.com/eo/index.php.

Une expérience unique garantie !

La Ravalución de mayo

Posted in Fotos / Photos, Musica / Musique, Pintura y arte grafico / Peinture et art graphique on mayo 12, 2010 by marie

Una fiestasa y expo…U- LA- LA lalalalaa

MUSICA==> Dj KINOX

DIBUJOS ==> Aleksandra Kopff  http://www.aleksandrakopff.com/

FOTOS ==>Fidel Iranzo http://www.fideliranzo.com/

FOTOS==> Ojos Fritos http://www.ojosfritos.wordpress.com

¿Cuándo? ¿Cómo? ¿Dónde?

Viernes 14 a partir de las 8pm

En Freedonia,

http://es.mappy.com/#d=6+carrer+de+la+Lleialtat,+Barcelona&p=map

C Lleitat 6, bajos

Gratis.

Les esperamos!!!

Just genious

Posted in Musica / Musique on mayo 8, 2010 by marie

This is the story of a country girl
Back in town from her country house
She came to me with her muddy boots
She destroyed all my carpet
You know how to do it
Wonder milky bitch
You never wear cosmetic
You don’t like arithmetic
You know how to do it
Wonder milky bitch
Tasting,touching,swallowing me
Drinking me like bloody mary
You know how to do it
Wonder milky bitch
You don’t wear cosmetic
You don’t like arithmetic
You know how to do it
Wonder milky bitch
Tasting,touching,swallowing me
Drinking me like bloody mary
Wonder milky bitch
Wonder milky bitch
Wonder milky bitch
Wonder milky bitch

More lyrics: http://www.lyricsfreak.com/a/air/#share