Archivo para marzo, 2012

Cyclo

Posted in Cine on marzo 30, 2012 by marie

Pour ceux qui me liront dans le métro…

Extrait du film “Cyclo” de Tran Anh Hung un réalisateur vietnamien né en 1963 qui gagna le Lion d´or du festival de ciné de Venise en 1995.

“Cyclo” raconte la décadance de jeunes aux destins croisés dans une ville en fusion.C´est l´impossibilité d´avancer, le mur devant soi.

On aime: la photographie, magnifique, la lumière et les couleurs maintenus sans peur et cohérents, l´absence de dialogues superflus, on nous laisse là comprendre petit à petit. Les personnages très réfléchis rentrent en eux et nous aussi, on pense leur existence. Les temps sont longs, on apprécie un plan tout comme on vit à fond une séquence de discothèque par un rythme sacadé et les scènes violentes  eh bien… elles sont violentes.

La musique alterne pièce orquestrale d´une grande pureté avec mélo folklo vietnamien assez pitoresque entre Les choristes et Samedi Karaoké, touchant, un hit de Radiohead…mémorable.

Un beau film qui en dit aussi pas mal sur le pays: des rues surpeuplées, une pauvreté constance, le danger souvent présent et sur la réalité de personnes qui souffrent mais qui continuent à se battre malgré tout.

 

“Je goûte le temps…

Posted in Cine on marzo 14, 2012 by marie

…c´est pour cela que je fais des films lents

commente Theo Angelopoulos interviewé sur son film “Paysage dans le brouillard” (1988).

Il faut avoir 2 heures pour apprécier ce film, pas trop envie de pleurer (ou alors si beaucoup envie de pleurer) et puis il faut se laisser saisir et transporter par la magie de ce réalisateur.

On est dans une histoire profondément dure: deux enfants obcessionnés par leur désir de retrouver leur père en Allemagne, franchissent le cap et partent sur les routes grises de la Grèce.

Il fait froid, trés froid dans ces trains et camions alors on a peur, on est triste, on perd espoir. La musique est parfaite. En même temps on vibre en contemplant la multitude de tonalités des paysages, on rit aussi.

Un exemple de belle scène qui se situe entre la surprise et la contemplation est celle qui suit. Dans un premier temps nous voyons un personnage qui fut à 2 reprises un compagnon de routes des enfants.

SANS PLUS ATTENDRE…