Archivos para marzo, 2014

Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda, Portrait d´une femme apeurée

Posted in Escritura / Ecriture on marzo 24, 2014 by marie

Cléo est belle, riche, adulée.

Elle porte des chapeaux, des robes de chambre à plumes, sa maison est un palais.

Cléo est une princesse, elle fait des caprices et attend patiemment dans sa tour son Prince charmant. Mais le Prince Charmant n´a pas de temps, c´est juste “l´amant de passage”.

Cléo en a marre, elle est lasse sur sa balançoire “trop bonne pour les hommes”. Personne ne la comprend, personne ne l´aime.

Alors Cléo marche, elle cherche des réponses.

Face à elle un Paris bienancré en 1961 : émeutes d´Algérie, révoltes paysannes, hospitalisation d´Edith Piaf, voilà les nouvelles émises à la radio.

Défilent des cartes, desvisages, des fissures dans les murs, des façades, des corps, et des visages,encore.

Aujourd´hui de 5 à 7, Cléo attends des résultats d´examens de santé, Cléo est inquiète, Cléo rage.

Cléo n´en peut plus de ce doute : c´est sa vie qui s´effondre. Elle devient odieuse avec Angèle, capricieuse avec ses musiciens. Tout lui parait insupportable.

Mais Cléo…malgré son infatigable insatisfaction, son air d´enfant gâté, captive et envoûte.

Serait-ce son regard? Sonsourire? Sa belle chevelure blonde? Ou sa voix?

Cléo c´est Venus, c´est Cléopâtre, et « Cléopatre je vous idolâtre ».

Cléo est un aussi un beau papillon, elle est coquette et élégante.

Dans sa belle robe à pois ou sa robe noire, elle marche à nouveau, observe, visite, s´interroge encore et encore. Les astres d´abord, les gens, l´art, son reflet. Son reflet la rattrape lui demandant ce qu´il sera de lui si la maladie l´emporte. D´autres questions l´envahissent et la submergent de vagues d´émotions.

Cléo est seule, Cléo est une enfant fragile. Elle a juste besoin qu´on la protège et qu´on l’accompagne.Cléo souffre, tout simplement.

Elle se met alors à chanter tel un ange. Le piano l´accompagne, Cléo reprend de la force, enfin,pour le spectateur.

Cléo c´est une maison, elle est habitée de tous oui, mais est-elle habitée d´elle même ?

Cléo se rend chez une amie, la muse nue, et y trouve du réconfort. Mais très vite Cléo est de nouveau seule face à ses peurs. Elle continue d’avancer, en attendant que passe le temps.

Parc Montsouris : Cléo déambule, Cléo rencontre un bonimenteur, il l’étourdit et la fait rire. Il l’accompagne, il est de passage lui aussi mais il est là au bon moment.

Près de l’eau et loin dela foule, Cléo Cléopâtre dévoile alors son vrai prénom : Florence.

A18h30, Florence n’a plus peur.