Les aéroports

J´aime bien être dans un aéroport. Je me sens comme dans un cocon, les grandes vitres me protègent de l´extérieur mais je peux quand même voir le ciel. Les avions décollent vers différentes destinations et moi j´aire dans cette bulle aseptisée. C´est si clean, si brillant ça en est parfois déroutant. J´aime pourtant cette sensation de glisser sur le sol, aucun risque de laisser ses empreintes. C´est un micro monde un aéroport : on peut tout acheter, manger de tout, se faire nettoyer les chaussures…
Pendant longtemps j´ai cru que je préférais les gares aux aéroports parce qu´elles étaient plus proches de la vie, les gares ça pue, c´est le bordel. Un aéroport c´est un SAS à lui tout seul, on n´y voit jamais de misère juste des gens qui passent. Nous sommes des gens qui passent et c´est tout.
J´ai transité par des dizaines d´aéroports, certains me sont familiers, d´autres ne me reverront jamais. J´ai souvent voyagé seule, parfois accompagnée. A plusieurs on peut partager l´émotion du voyage mais tout n´est que moment qui devient souvenir à peine est-il passé. Ca ne me dérange pas de voyager seule et d´arpenter un aéroport mon sac et moi. Au contraire je crois que c´est un moment que je savoure particulièrement car une sensation unique s´empare de moi, je me sens en paix. C´est comme si je n´avais ni passé ni futur, je suis là comme tout les autres passagers dans un état de transit ne sachant pas ce qui m´attend oubliant déjà ce que j´ai laissé.
Ce qui est intéressant c´est comme dans tout site de transit on peut observer une diversité de personnes remarquable. Il y a d´abord une grande part de messieurs à costumes (c´est eux qui se font nettoyer les chaussures). Ce sont les maîtres du bagage, ils ont la valise de taille standard easy jet, ils marchent vite, ont un forfait international, un ordi portable. Ils ne se demandent pas dans quel état ils transitent, ils n´ont pas le temps car il faut préparer la prochaine réunion. Ces messieurs ont aussi leurs semblables féminins, toujours bien peignées, avec des talons, elles ressemblent à des hôtesses de l´air mais elles ne le sont pas, ce sont de business women.
Il y a ensuite les « standards », ceux qui sont habillés plutôt casual, qui achètent une revue, prennent un café. Ils sont cools, pas forcément émus, ils attendent leurs vols.
Ensuite il y a les touristes : ceux en famille (les enfants ont un sac à dos avec leur prénom dessus) ou entre amis, on les reconnaît vite car ils ont l´air content : ils rient bruyamment et se prennent en photos. C´est eux qui au retour de vacances font marcher les magasins duty free : clopes, chocolat, alcool, ils font le plein.
Mais il n´y pas que des gens qui voyagent dans un aéroport, il y a ceux qui y travaillent. Bon il y a les VIPs qui embarquent comme hôtesse, Stewart ou commandant et il y a tous les autres qui -je suppose pour un salaire pas très exorbitant- lavent les chiottes, enregistrent les passagers, portent les sacs, guident les avions sous la pluie, préparent le café, nettoient les chaussures. On ne les observe pas toujours, on n´a pas le temps, limite on ne les voit pas, mais ils sont là, tous les jours toute l´année, sans transit.

Aéroport de Zurich, 7 mai 2014.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: