Des films 4* et du cinéma expérimental

Le week-end dernier, sur 7 films vus 3 ont reçu la meilleure note de mon classement, à savoir ****.
Ils viennent donc rejoindre les “Shokuzai” de Kurosawa, “Soleil de plomb” de Matanic, et autre Reygadas, Saura, Guerra et Coppola.
Comme c’est quand même pas tous les jours que j’ai la chance de voir des films****, il m’a semblé que les inscrire ici était nécessaire.

Il y a tout d’abord “Ascenceur pour l’échafaud” de Louis Malle sorti en 1959 avec la belle Jeanne Moreau. J’aime ces deux histoires de couples : celui qui s’enfuit et celui qui ne parvient pas à se trouver. J’aime les plans de Jeanne Moreau qui rongée par la folie aire toute la nuit, se questionne et fait face à la pluie, la musique de Miles Davis, la bêtise de se retrouver coincé dans un ascenseur qui laisse place à une jeunesse enflammée.

Dans un tout autre genre, il y a eu ensuite “Close up” d’Abbas Kiarostami, Iran, 1990.
C’est l’histoire d’un gars pauvre qui se fait passer pour un réalisateur, un peu par hasard, un peu par faim… il se laisse entraîner dans son propre jeu qui le mènera devant un tribunal auquel il devra répondre de ses actes. L’histoire est basée sur des faits réels, interprétée par les protagonistes de l’affaire même.
C’est simple et émouvant, une vraie pépite humaine, mon coup de cœur.

Puis, un film sur la folie…”Shock corridor” de Samuel Fuller sorti en 1963, une année après “Vol au dessus d’un nid de coucou”.
Un journaliste pour mener une enquête sur un meurtre qui a eu lieu dans un hôpital psychiatrique, décide de s’y faire interné… évidemment uns stratégie coûteuse.
C’est progressivement flippant, dérangeant, pertinent. A noter l’insertion de plans en couleur lors des délires des patients, tournés bien avant ce film lors d’un autre projet de Fuller, des cascades d’eau à tomber à la renverse.

Enfin, cette semaine c’est cinématographiquement bien conclue avec la découverte d’un ovni, du cinéma expérimental dont j’ai encore du mal à me remettre… le 1er film de la trilogie des Qatsi de Godfrey Reggio à savoir “Koyaanisqatsi, la prophétie” sorti en 1982. C’est juste complètement hallucinant, on croirait un trip sous drogue (même si maman je n’ai jamais pris de drogue!), un voyage dans des images complètement perturbantes et magnifiques à la fois. Déjà le film commence sur le générique de fin projeté en sens inverse sur une durée de 4 minutes , avec ça tout est dit, on est complètement déstabilisé et c’est tant mieux!
il fallait osé… le faire, il faut aussi oser le voir, c’est un réelle expérience.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: