Archive for the Entrevistas/ Interviews Category

Vivir en Recife/ Vivre à Recife

Posted in Cine, Entrevistas/ Interviews on octubre 6, 2011 by marie

En français: sous les photos

Recuerdo, cliché y felicidad

Empezar  a escribir sobre “vivir en Recife” es empezar a escribir sobre lo que para mí de momento corresponde a “vivir en el Brasil”, es decir, una inmensa tarea.

Van ahora más de 2 semanas que estamos en la “Venise Nordestiña” y las impresiones se multiplican en mi cabeza. De momento los colores están llenando el lienzo y aunque hayan espacios vacíos no puedo parar de admirar los tonos intensos de este azul, este amarillo y este verde.

Soy conciente de unas matices de gris: hay niños sin zapatos en la calle y la ciudad tiene las venas tan contaminadas que su aire es inaguantable al cruzar algunos puentes.

Igual así veo belleza en todos los rincones, del puerto al centro antiguo hasta mi barrio Boa Viagem donde el sábado es mar, sol y agua de coco.

Tanpoco estoy de “Erasmus latino” como en mi último viaje en América del Sur conviviendo en Lima con 15 adictos a la fiesta. En casa, mi compi es capaz de acostarse antes de las 11pm y cada noche entramos en guerra contra un batallón de mosquitos bien armados. En semana vamos de escritorio en bibliotecas hasta panaderías intentando de encontrar un sitio donde se puede trabajar en grupo, pasando de buses a auto, auto a buses. Pues si, tenemos horarios, reuniones, incluso un móvil…estamos aquí por trabajo.

Este tema podría ahora ser un buen climax “está en Brasil encantada pero tiene que trabajar mucho y su trabajo”…

Pues, mi trabajo…

nunca ha sido tan placentero.

Estas dos últimas semanas fueron dedicadas a mirar el material gravado, ver que se podría utilizar, que se podría completar, conversar ejes de narración, elegir personajes claves, pensar en que se podría editar como secuencia, que podría ser una transición de puta madre… o sea una “chuva “de ideas constante!

Poco a poco en mi cuadro-postal mental de “mi” nueva ciudad se añaden nuevos colores: el rojo obviamente (del auto de Juliana, de la mermelada de goiaba, del nuevo short de Aleks, del mechero que tenemos en casa) y el cepia de mi nueva libreta.

Ella fue un impulso, una necesidad urgente, un bonito regalo.

“Lunes 26 de septiembre en el bus,

Empiezo una libreta nueva, no un cuaderno para contar largas historias, no, una libreta para tener siempre conmigo para apuntar grupos de música, reflexiones, observaciones. Me alegra volver a tener una libreta. Me gusta porque es un espacio confuso y lleno de tipografías y colores diferentes pero al momento de leer las palabras dejadas por orden cronológico se reconstruyen recuerdos que a veces han sido olvidados.”

Uno de mis primeros recuerdos al llegar aquí fue la imagen de la vida tropical que me había transmitido el video clip de la canción “Lambada” y con ella la admiración que tenía a los 4 años al ver los niños bailando.

Recuerdo como ya me hacía la “listilla” como dice mi compi cuando para el espectáculo de navidad fui una de las 2 elegidas para bailar sobre esta canción CON maracas!! Et toc!

22 años después, al regresar de una gaypride “mágica” me enseñan las letras. Hablan de llorar, recuerdo, amor perdido.

Esta canción, ¿triste? You´re kinding me?

En mi memoria con un ritmo así era pura alegría entonces la volví a escuchar. Escuché el acordeón, melancólico, y pensé que con mis 4 añitos no podía aún darle importancia y sentido.

En las calles de Recife no encontré muchos acordeones aún pero música no falta. En cualquier barrio, por cualquier motivo y a cualquier momento pueden resonar percusiones, trompetas, cantos. Llegan los grupos de Carnaval que no pueden aguantar los meses que faltan hasta LA gran fiesta que parece ser una religión aquí. Y en caso que sea solo un par de músicos se junta siempre más gente para formar un circulo donde quien quiera puede entrar a hacer unos pasitos de baile al centro. Un show total!

Al mirarles muchas veces me pregunto: ¿De donde sacan esta alegría de vivir?

Y aunque suena tan cliché, esta playa este sol y estas palmeras …¿no tienen nada que ver?

Podría ser pero los que me acogen con tanta buena onda son los mismos que  entre dos pinchos de corazón de gallina me enseñan frases como “Nao importa quem morio, eu quero chorar” (No importa quien murió yo quiero llorar). No me lo dicen en plan borracho para decir cualquier cosa, no, me lo repiten orgullosos para “que me lo lleve a Francia”… toma niña aquí bajo el sol hablamos de dolor con sonrisa… que tal?

Total me pasa lo mismo que con la lambada me dejo llevar por el ritmo sin fijarme que el acordeón aunque invisible siempre está presente.

Al buscar sobre la palabra “saudade” encontré una definición de un escritor portugués Manuel de Melo, del siglo XVII que dice “bien que se padece y mal que se disfruta”.

Mal que se disfruta…¿Esto explicaría todo?

Al asumir el mal como componente de un bien, al aceptar el dolor como integrante de la vida, llegarían a acceder a otro tipo de felicidad? Una más cercana a la realidad, más completa?

Y si esta felicidad aparente sería en realidad una mascara para esconder las cicatrices hechas después de un atardecer precipitado?

De momento no busco respuestas, prefiero mirar los colores.

Souvenir, cliché et bonheur

Commencer à écrire sur le thème “vivre à Recife” c´est commencer à écrire sur ce qui pour moi correspond au thème “vivre au Brésil”, c´est à dire une grande mission.

Voilà plus de 2 semaines que nous sommes dans la « Venise du Nord- est » et les impressions se multiplient dans ma tête. Pour le moment les couleurs sont en train de remplir le tableau. Bien qu´il y des endroits vides je ne peux m´empêcher d´admirer les tons intenses de ce bleu, ce jaune, ce vert.

Je suis consciente de certaines variantes de gris : il y a des enfants sans chaussures qui se promènent dans les rues et la ville a les veines si polluées que son air devient insupportable lorsqu´il faut traverser certains ponts.

Malgré tout je vois de la beauté dans tous les coins, du port au vieux centre jusqu´à mon quartier Boa Viagem où le samedi c´est traditionnellement : mer, soleil et eau de coco.

Je ne suis pas non plus en échange universitaire « Erasmus latino » comme lors de mon dernier voyage en Amérique du Sud où je cohabitais avec 15 fêtards à Lima. À la maison, mon colloc est capable de se coucher avant 23h et chaque soir nous entrons en guerre contre un bataillon de moustiques assoiffés de notre chair fraiche. La semaine nous allons de bureau en biblio et même boulangerie pour essayer de trouver un endroit où nous pouvons travailler en groupe passant des bus à la voiture, de la voiture aux bus. Et oui… nous avons des horaires, des réunions, un téléphone portable… nous sommes ici pour travailler !

Ce sujet pourrait alors être un bon climax « elle est au Brésil, ravie, mais elle doit beaucoup travailler et son travail… »

Mon travail…

n´a jamais été aussi plaisant !

Ces deux dernières semaines il s´agissait de regarder le matériel filmé, décider ce qui peut être utilisé, ce qui peut se compléter, parler d´axes narratifs, choisir les personnages clefs, penser à ce qui peut être monté comme séquence, à ce qui pourrait être une super transition. Une pluie d´idées constante !

Petit à petit se rajoutent dans mon tableau-carte postale mental le rouge, le rouge de la voiture de Juliana, de la confiture de goiaba, du nouveau short d´Aleks, du briquet que nous avons à la maison ; et le cépia de mon nouveau calepin.

Une impulsion, un besoin urgent, un joli cadeau.

« Lundi 26 septembre, dans le bus

Je commence un nouveau calepin, pas un cahier pour écrire de longues histoires, non, un calepin pour avoir toujours avec moi pour noter le nom de groupes de musique, des réflexions, des observations. Je suis contente d´avoir de nouveau un calepin. J´aime cet espace parce que même confus et rempli de typographies et couleurs différentes au moment de lire ces mots déposés  par ordre chronologique les souvenirs parfois oubliés se reconstruisent. »

Un de mes premiers souvenir à mon arrivée ici fut la fameuse chanson « La lambada » et avec elle l ´admiration que j´avais à voir les enfants danser. Je me souviens alors qu´à mes 4 ans je faisais (déjà) ma maligne quand pour le spectacle de noël je fut une des 2 choisies pour danser sur cette chanson AVEC les maracas !! Et toc !!

22 ans plus tard, au retour d´une gaypride on m´apprend les paroles… Ça parle de quelqu´un qui pleurera le souvenir d´un amour qu´elle n´a pas su protéger.

Cette chanson, triste ? C´est une blague ?

Dans ma tête avec ce rythme ce n´était que la joie pure alors devant ma perplexité je l´ai réécoutée. J´ai alors entendu l´accordéon, mélancolique,  et j´ai pensé qu´avec mes 4 ans au compteur je n´avais pas pu y donner de sens.

Dans les rues de Recife je n´ai pas encore trouvé beaucoup d´accordéons mais la musique, il n´en manque pas. Dans chaque quartier, pour quelconque raison et à tout moment on peut entendre résonner des percussions, des trompettes, des chants. Les groupes de Carnaval rongés par l´attente de LA grande fête qui n´aura lieu qu´au mois de mars, débarquent et envahissent les rues. Et s´il s´agit qu´un d´un petit groupe de musiciens il y a toujours des passants pour agrandir la ronde où tout le monde peut entrer faire quelques pas. Le grand show !

Quand je les regarde je me demande souvent : d´où puisent ils cette joie de vivre ?

À vrai dire, bien que ce soit très cliché, cette plage ce soleil et ces palmiers… n´ont il rien à voir ?

Peut être mais ceux qui m´accueillent si gentiment sont les mêmes qui entre deux brochettes de cœur de poule m´apprennent des phrases du genre « Nao importa quem morio, eu quero chorar” (Qu´importe qui est mort, je veux pleurer”). Mais ils ne me le disent pas en plan bourré pour dire quoique ce soit, ils me le répètent pour « que je l´emporte en France »… prends ça ma fille ici sous le soleil on parle de douleur avec le sourire… pas mal hein ?

Au final c´est la même histoire qu´avec la lambada je me laisse emportée par le rythme sans me rendre compte que même invisible l´accordéon est toujours présent.

En faisant des recherches sur le mot « saudade » qui parle de cette mélancolie ressentie à l´évocation d´un souvenir, d´une personne, j´ai trouvé une définition d´un écrivain portugais du XVII Manuel de Melo qui disait « bien qui fait souffrir et mal qui se savoure ».

Mal qui se savoure…

Ceci expliquerait-il cela??

À assumer le mal comme composant du bien, à accepter la douleur comme partie intégrante de la vie, arriveraient-ils à accéder à un autre tipe de bonheur ? Une plus proche de la réalité, plus complète ?

Et si ce bonheur apparent serait en réalité un masque pour cacher les cicatrices faites durant une nuit noire arrivée trop tôt ?

Pour le moment je ne cherche pas de réponses, je préfère regarder les couleurs.

Interview de Charlie Winston

Posted in Artículos / Articles, Entrevistas/ Interviews, Musica / Musique on julio 16, 2010 by marie

En concierto mañana en Barcelona durante el festival LA CRUILLA (http://www.cruillabarcelona.com) el cantante Charlie Winston contestó a unas preguntas (también disponible en francés en el próximo número de Sans Visa). Antes de leerla les aconsejo poner PLAY.

En concert demain à Barcelone dans le cadre du festival LA CRUILLA (http://www.cruillabarcelona.com/) le chanteur Charlie Winston répond à quelques questions… (ITV aussi disponible en français dans le prochain Sans Visa). Avant de lire l´ITV je vous conseille de mettre PLAY.


Well first of all “nice to meet you” Charlie. How are you?

Very well thank you

Where are you right now (right now= june 2010)?

My apartment in Paris

Here In Barcelona the sun is a little shy today and did not go out too much, you will be here in a few weeks… first concerts in Spain?

No. My band and I played in Spain a month ago, first in Madrid in a club, then we went to WOMAD, in Caseres. It hammered with Rain all night. We did the best ewr could to keep the audience with us

You may have a lot of things to do right now or maybe you want to be relax so I will be try to order my questions…

Influences, your formation… your way of life until now

Well, I have spent a lot of time on the road, like a hobo. I have played a lot of concerts in the past year and a half, mostly in France but this year it has begun to branch out to the rest of Europe

You grew up in a very musical family, isn´t it hard to build your own musical identity without being too much influenced? How was your process?

Not really. I have quite a strong personality and a furious passion to express myself through, not only music, but art in all its manifestations and mediums. My family have only ever been a support of that

Have you first been attracted by the composition?

Yes. Ultimately, I think I am a composer. I have always thought in that way

When did you touch an instrument for the first time? Which was it? What was your feeling?

Singing, I suppose. My parents sung, so I sang with them. When I was eight, they gave me drums for my birthday so you could say that was my first (external) instrument

You have been studied very young and you have already worked in very differents projects from shows or movie´s music as a composer,  to musician and singer.. do you have a music vocation since always?

As I said, my parents were playing music since I was born so the world and influence of music was something that I didn’t even question as being something I could have past of my life. I was always imperative to living

Or can we see you maybe in 10 years expressing as a dancer or an actor?

I’m already doing that – even if it’s just on stage in my show, or in my music videos, I want to incorporate these other arts too. At some point, I would like to focus on them in a more concentrated form too, however

You, your creation and the public

What do you do when you don´t play music?

Read books, watch movies, see friends and family, write, swim, cycle, walk.

What part of Chaplin are you what part of Churchill are you?

Chaplin – the clown

Churchill – the clown

How could you define your music?

In too many ways. I prefer to leave that to the journalists

What are you looking for with your public?

Shepherd’s – not sheep

What is the stronger between creating emotions for the others or living the emotion of creating?

Projects

What are your projects for the future?

I will be writing music for film, recording more records as myself and in other projects. I would also like to write for orchestra, act, dance, make art and spend a long time just practising piano, like I did when I was in university.

You know Ben Edwards for a while now, how is the collaboration? Are you complementary in a way?

He is a great musician and friend. He is completely dedicated to his music. He never stops practising something, whether it be harmonica, dulcimar, flute, piano, percussion. He is obsessed.

Bonus : Which song of Ray Charles is your favorite? Do you play chess?

I got a woman

Not much these days but I do love it

Une envie de soleil en bord de plage ?

Posted in Artículos / Articles, Entrevistas/ Interviews, Musica / Musique on mayo 20, 2010 by marie

Rencontre avec Butano Bazaar.

Septembre 2002, “¡Butano! ¡Butano!” crie-t-on dans les ruelles du Raval.

Ce cri ne tombera pas dans l’oreille d´un sourd, mais dans celles d´Amaury, parisien immigré à Barcelone qui l´utilisera pour nommer le duo musical qu´il forme en 2006 avec Noemí.

De part son caractère cosmopolite grandissant lié à l´intégration de musiciens d´ici et là-bas, le suffixe « Bazaar » deviendra vite obligatoire.

Butano Bazaar bonjour !

Alors BB est effectivement à la base un duo, plus précisément un de ces couples qu´on voit dans les films, plus équilibrés que le ying et le yang et générant une créativité musicale savoureuse.

Honneur aux dames…on commence avec Noemí, madrilène, de formation classique (6 ans au piano), dotée d´une parfaite connaissance du solfège. Dans le groupe elle chante, contrôle l´harmonie et joue de l´accordéon, instrument qu´elle a d´ailleurs appris en autodidacte sur un de ces accordéons jouet. Elle dispose d’une ample expérience musicale composée notamment  d’un flirt avec le punk durant son adolescence madrilène, et d´un travail vocal qui apporte à présent toute une douceur aux textes.

A ses côtés Amaury, qui écrit la plupart de ces derniers, chante et joue de la guitare. Il recherche le timbre du son, et joue comme il le sent. Si spontané que ses accords sans noms posent parfois des soucis d´accompagnement à Noemí qui doit alors regarder sur le manche pour savoir où sont placés ses doigts.

Ils se présentent en croisés et très naturellement.

Puis la mer qui les unit, qui berce ce bel ensemble et amène sur sa plage en 2007, 2 musiciens supplémentaires, avec chacun un apport particulier.

Owen du Canada, le bassiste, est l´oreille du groupe. Il est le côté électro, étant le seul branché, il donne à l´ensemble acoustique un côté plus « freaky ».

Enfin pour donner encore plus de « caña » au groupe, Rodrigo avec sa batterie faite maison permet aussi un espace à la danse. Un joli mélange donc pour tous les goûts, qui seront au Freak festival ce 21 mai à La Ovella Negra

Pour plus de son :

http://www.myspace.com/butanobazaar

Et pour plus d´infos et de recettes de cuisine:

http://butanobazaar.org/

Le peuple de l´herbe, 17/02/2010

Posted in Artículos / Articles, Entrevistas/ Interviews, Musica / Musique, Video on febrero 21, 2010 by marie

5 questions posées au Peuple de l´herbe

1) Depuis votre formation en 1997 le groupe a beaucoup évolué. Au début l´attention tournait sur le débat de la marijuana et à présent vous vous dîtes plus « Peuple » que « herbe ».

Vous vous définiriez comment au jour d´aujourd´hui?

N´ZENG (trompettiste, claviers, machine) : on est une espèce de moulinette avec différentes influences musicales.

Psychostic (batteur): C´est vrai que lorsque s´est crée le groupe, il y a eu ce délire sur la ganga car on avait espoir qu´il y ait plus de tolérance en France et dans ses pays voisins. De plus c´était aussi un jeu de mot en lien avec le film Microcosmos. Maintenant le débat en est même point mais nous on est passé à autre chose car on n’est pas un groupe politique.

Spagg (bassiste): oui ça reste de la musique. Faut dire qu´à la base c´était aussi un délire entre potes.

N´Zeng : dans les textes on véhicule des idées, dans l´avant dernier album on décrivait le climat politique durant les élections. Maintenant que les gens savent à qui ils ont à faire on transmet avec ce dernier album « Tilt » l´idée que rien n´est figé, on peut toujours réagir.

2) Vous avez travaillé avec Virginie  Despentes sur 2 morceaux de son film « Baise moi ». C´est une expérience que vous aimeriez renouveler ?

N´ZENG : c´est démarche totalement différente car tu étires plus la musique dans le temps. On a une musique qui s´adapte bien au film. On a aussi travaillé également sur la musique de courts-métrages pour le réalisateur de nos clips.

Psychostic : il y a moins de limite au niveau de la structure. Tu peux répéter des thèmes mais il faut aussi connaître les personnes.

Spagg: c´est une démarche plus intellectuelle et pour l´instant on veut s´amuser.

3) Alors pour cela une grande tournée sur 2010, des dates jusqu´en avril et puis les festivals d´été. Quel est l´aspect qui vous plaît le plus dans vos concerts ?

Spagg: c´est le moment où les morceaux prennent vie. Il n´y pas de tricherie et c´est pour cela que le public vient. Tu as beau enregistrer des lives ça ne saura jamais la même chose que de le vivre ce soir là, c´est un moment unique.

Psychostic : puis contrairement à ce que l´on peut croire c´est ce qui nous fait vivre aujourd´hui. La vente de disques connaît à présent une diminution alors que la participation aux concerts est quant à elle en hausse.

4) Vous avez tous des savoirs musicaux très différents et vous mêlez en permanence l´électro avec l´instrumental. Comment cela se passe au moment de composer et d´assembler ces savoirs?

Spagg: c´est collectif. On décide ensemble, si c´était une seule personne ça irait que dans un sens. Chacun prépare et on partage au studio, on en discute.

Psychostic : c´est à toi de défendre tes idées et aux autres de te démontrer pourquoi il faut ou non les développer.

N´zeng : tout peut partir d´un thème amené par un son ou un instrument. On part d´une boucle, on ajoute des choses et ça commence à vibrer. De là c´est le grand bazar on commence à trier.  Sur le dernier album on a voulu moins cumuler à la verticale et plus développer à l´horizontale. On cherche à ce que les morceaux soient intelligibles pour se rapprocher de la scène.

5) Durant ce processus il ne vous arrive pas de passer par des moments de doute ?

Spagg: c´est vrai qu´après 6-7 morceaux il y a comme un passage à vide car tu as donné beaucoup.

N-´zeng : on veut que ce soit cohérent et parfois tu es livré à toi même. Il y a quelqu´un d´important dans notre groupe c´est Chris notre ingénieur son. Justement dans ces moments là il nous donne son avis car il sait ce qui rendra bien en concert et donc nous oriente vers ce qui sera le plus adéquat.

ITV Wax Tailor

Posted in Artículos / Articles, Entrevistas/ Interviews, Musica / Musique on enero 28, 2010 by marie

C´est lors de sa venue pour un concert à l´Appolo au mois de décembre que nous avons eu le plaisir de rencontrer Wax Tailor, le modeste tailleur de cire à la langue bien pendue.

Alors si on parle de Wax Tailor c´est de Jean-Christophe Le Saoût qu´il s´agit et ce normand a débuté la musique il y a presque 20 ans avec le groupe de rap La Formule. Depuis des années de travail lui ont été nécessaires pour se « défaire de ses modèles » et avoir « une approche plus personnelle » lui permettant de donner naissance en 2003 à son double squizophrénique, Wax Tailor.

Dans sa composition, « il n´y a pas de règles », il y a bien sûr des tendances qui le dirigent, mais un thème peut partir d´une note qu´il a « capturé » sur un vieux disque, qu´il va ensuite développer, rythmer, etc. En général l´idée vient assez vite mais l´arrangement et la finalisation -WT est perfectionniste- sont beaucoup plus longs.

Pour faire les choses bien, il se fait très souvent accompagner, musiciens, chanteurs, DJs, rappeurs, WT aime la compagnie! Ce qu´il adore dans la collaboration c´est l´enrichissement au contact des autres artistes, le coté « récupération / papier buvard », on mélange le tout, on apprend et on verra bien ce que ça donne ! Sans pour autant faire n’importe quoi, quand WT s´associe il a une idée bien précise, il imagine telle voix sur tel morceau et si l´échange peut se faire, tant mieux, sinon il «range son égo ». Dernièrement WT a beaucoup travaillé les cordes, on a pu apprécier la présence sur scène de violoncelle. Sans trop s´engager il nous confie que dans des projets futurs il travaillerait bien la batterie, sans avoir de grande ligne directrice mais par des « petites portes ouvertes » WT pourrait donc faire une prochaine entrée plus rythmée.

Cependant avant de parler de prochain album, WT aura déjà beaucoup à faire ces prochains mois, des concerts en France et à l´étranger, de sa Mecque, NYC, aux festivals d´été il enchaînera les dates sur tout 2010.

Au niveau de son message, on a souvent entendu que WT est un artiste engagé, effectivement si on écoute ses morceaux, on sent clairement son désaccord avec le modèle qu´on nous propose « qui va a à l´encontre de tout ce qui a fait la grandeur de la France ».

Sans pour autant être donneur de leçon, il maintient avec fierté son caractère naïf qui lui permet d´être en colère, certes, mais pas pessimiste.

« In the mood for life », son troisième album est là pour nous le rappeler, WT ne vit pas « en dehors de la société », la politique et son manque d´actions concrètes le touchent et se répercutent dans sa creation, qui reste toujours optimiste du fait qu´il soit terriblement passionné par l´homme.

Certes il est difficile de trouver réponse à son « que será ? será ? » mais il est tout à fait conseillé voire recommandé (au lieu du vaccin contre la grippe A) de copier un peu son positivisme et d´être aussi in the mood for life.

Fue durante su visita a Barcelona, para un concierto en la sala Apolo en diciembre, que tuve el placer de encontrar a Wax Tailor. Wax Tailor es Jean-Christiophe Le Saoût, un normando que empezó en el mundo de la música hace aproximadamente 20 años con el grupo de rap “La Formule”. Desde entonces, años de trabajo le han sido necesarios para “deshacer de sus modelos” y tener “una aproximación más personal” permitiéndole dar a luz durante el 2003 a su doble esquizofrénico: Wax Tailor.

En su composición musical “no hay reglas”. Sin embargo, existen ciertas tendencias que le dirigen. Por ejemplo, un tema puede empezar a partir de una simple nota que habrá capturado sobre un disco antiguo. La cual, después, va a desarrollar, dar ritmo, etc. En general la idea le viene rápidamente pero, el arreglo y la producción – síntoma de perfeccionista – son etapas mucho más largas.

Para hacer las cosas bien, se hace acompañar muy a menudo de músicos, DJs, rapperos, – ¡a Wax Tailor le gusta la compañia!-. Lo que le encanta de las colaboraciones es el enrequicimiento al contactar con otros artistas, esta fusión de estilos que puede resultar sobre algo o no. Este procedimiento no implica caer en una producción sin sentido, cuando WT se asocia tiene una idea bien precisa. Imagina una voz concreta en un tema y si el intercambio se puede hacer, bien, sino admite que no se puede hacer. Últimamente, WT ha trabajado mucho las cuerdas -pudimos apreciar la presencia de un violoncello en el concierto-.

Sin comprometerse demasiado, nos confía que en sus próximos proyectos le gustaría trabajar la batería, sin tener unas líneas directries claras. Así da algunos indicios -por pequeños que sean- de que WT haga una entrada con más ritmo en su próximo trabajo. Sin embargo, antes de hablar de un proximo álbum, WT tendrá ya mucho por hacer estos próximos meses, ya que su agenda estará muy ocupada durante el año 2010.

Por otro lado, solemos escuchar que WT es un artista comprometido. Y se certifica escuchando sus discos. Se siente claramente su desacuerdo con el modelo que nos impone la sociedad. Sin volverse un moralista, Wax Tailor, mantiene con orgullo un carácter ingenuo que le permite de estar montar en cólera si es necesario, sin caer en el pesimismo. «In the mood for life», su tercer álbum es una prubea de ello.

WT no vive “al margen de la sociedad”, la política y la falta de acciones concretas lo afectan. Esto repercute en su creación musical, que al fin y al cabo, queda muy enérgico y positivo debido a su amor a la vida. Es difícil encontrar una respuesta a su “¿que será, será?” pero, recomiendo altamente imitar al DJ en su actitud positiva frente a la vida y estar también en un “in the mood for life”.

Prostíbulo poético

Posted in Artículos / Articles, Entrevistas/ Interviews on enero 27, 2010 by marie

¿Que puede ser un prostíbulo poético? ¿poesía por prostitutas? ¿prostitutas en poesía?

Para descubrirlo:

22hrs-2:00, En Las Covas Culturales
C/Angel. (Metro Fontana)

5 euros (2 euros si eres socio)

“en français svp…”

Envie d´un moment poétique avec une prostituée ?

C´est ce que vous propose Madame Eva et ses invitées dans le bar Le Rouge.

Madame Eva c´est Kiely, une passionnée des mots qui a développé le concept de « Prostibulo Poetico » en 2009 à Barcelone.

Mais qu´est ce donc un prostibulo poetico ?

Il ne sert à rien de chercher la réponse dans un dictionnaire car il s´agit d´une invention « made in  US ». C´est en effet lorsque Kiely étudiait la poésie à New York que le projet a commencé. L´idée est de réunir les amateurs de poésie et cela se traduit  concrètement par un moment passé avec une prostituée, devenue lectrice de poèmes. En échange le « client » est libre de payer en espèce ou en poème. La recherche de l´échange est donc basée sur l´amour des lettres et c´est dans un contexte très intime que le spectateur pourra apprécier toute la beauté d´un poème en anglais, espagnol, français et peut-être même bientôt en chinois. Selon les prostituées les styles peuvent varier du poème romantique ou sexuel à la chanson, c´est selon la personnalité de chacune. Au total un groupe de 7 femmes fixes, 10 parfois.

Et si celles-ci sont toutes occupées avec leurs clients, les solitaires pourront également apprécier la poésie puisque des lectures sur scène sont organisées.

Aleksandra Kopff

Posted in Artículos / Articles, Entrevistas/ Interviews, Pintura y arte grafico / Peinture et art graphique on enero 8, 2010 by marie

Exelente exposición de la artista polaka Aleksandra Kopff en exposición en la Galería CMTV hasta el 23 de enero. El tema: la familia.

http://www.aleksandrakopff.com/

Le monde en image avec Aleksandra Kopff

C´est lors de sa première exposition individuelle à Barcelone (à la galerie CMTV) que nous avons découvert cette talentueuse illustratrice d´à peine 27 ans.

Quelle joie de se laisser surprendre durant un petit paseo des plus banals par une exposition percutante !

Le thème « la famille » est développé avec originalité et profondeur, avec elle un chien noir inquiétant et drôlement intrigant ! On y découvre avec surprise, rires et inquiétude, un monde totalement singulier.

Le style « Aleksandra Kopff » est lancé, l´artiste est née.

Aleksandra Kopff est polonaise, elle est arrivée il y a une dizaine d´années à Barcelone pour y étudier l´illustration. Après un détour à Salamanque où elle a aussi exposé un très intéressant travail sous forme d´arbre généalogique (voir sur sa page web), elle revient à son premier port d´arrivée et ce pour le grand plaisir des amateurs de dessins poignants.

Connaître ce petit brin de femme c´est une expérience assez unique. Avant même de parler d´elle et de son travail, elle commence «de toute façon ce n´est rien d´exclusif, on nait tous avec de la créativité ». Elle aime l´art modeste, elle explique qui est le passionnant Henry Darger, apprécie le thé vert servi et ouvre naturellement un nouvel onglet sur l´ordinateur.

La discussion fuse, elle déborde de savoirs et de part son caractère modeste elle les partage avec passion et simplicité. Elle aime le ciné, la photographie et en plus elle est drôle !

Voilà maintenant plus de 10 ans qu´elle a choisi le dessin qui l´effraie moins qu´une grande toile blanche. Ce qu´elle recherche c´est le premier jet qui vient directement du cœur, la création dans son état brut transmise par son crayon, réelle prolongement de sa main. D´ailleurs pour elle « le brouillon est bien souvent plus intéressant que l´œuvre finale ».

Elle n´aime pas trop expliquer ses œuvres. Elle préfère que chacun les interprète à sa manière, leur donne une suite personnelle et ouvre ainsi la porte à la créativité de chaque spectateur attentif.

Elle exprime des choses que le public a vécu avec une pointe d´humour noir, de la couleur -plus présente récemment-, et un tracé des grands de sa génération. Pas étonnant que La Cruda et d´autres fanzines se la disputent !

Fanzines, comics, BDs…Aleksandra aime les livres ! Depuis son enfance elle y baigne dedans et même dans son espace de travail il lui est impossible de dessiner sans la présence proche de ses encyclopédies d´images et sans la Radio 3, le programme de 9h de préférence!

Les images elle les traque partout, elles lui servent d´inspiration, elle les admire les collectionne, et les range soigneusement sans se rendre compte que pendant ce temps elle devient aussi « une image »  donnée en récompense au monde de l´art.

Pour la découvrir sans plus attendre, une seule adresse: http://www.aleksandrakopff.com/