Archive for the Fotos / Photos Category

Belfort saouls la neige ou bien au chaud

Posted in Fotos / Photos on diciembre 21, 2012 by marie

La puissance du port du Havre

Posted in Fotos / Photos on diciembre 20, 2012 by marie

Le week-end de la Toussaint je me suis rendue avec ma chère Juju dans une ville atypique, quelque peu au nord, pas franchement proche de là où on habite… Le Havre!

Alors pourquoi le Havre et non pas une destination ensoleillée en cette fin d´octobre? Parce qu´au Havre il y un port et que les ports c´est cool.

La puissance du port du Havre évidemment… des containers par paquet (pour les céréales, pour les mattières chimiques, pour les étudiants) , des vents en raffale, des facades grises aux lignes surprenantes, le casino et son univers déconcertant, les bons restos puis pas loin Honfleur, plein de charme.

Le Havre c´était aussi Ju avec un appareil lomo et reflex et moi avec un argentique à soufflet dur dur à manier, une caméra super 8 qui marchaut pas mais bon heureusement ma caméra qui ne me faille jamais.

Photos de Julie

 

 

Automne doré

Posted in Fotos / Photos, Temas del día on octubre 29, 2012 by marie

Il fait froid, bien froid

il pleut,

il neige même !

Rien à faire…

c´est up up up mood…

on met l´écharpe et on sort filmer,

on revient du ciné et on se fait un bon thé…

rien à faire sinon savourer les bons moments de cet automne doré.

 

Festival Lumière à Lyon

Posted in Cine, Fotos / Photos on octubre 24, 2012 by marie

Le week-end dernier j´ai eu la chance de pouvoir me rendre sur Lyon pour assister au Festival Lumières  avec mon amie La Patou. Alors sur une si courte durée quoi de mieux pour commencer qu´une soirée Rock and roll? 4 films dans la nuit des Beattles à Spinal Tap en passant par American Graffiti, dortoirs derrière l´écran, bonne ambiance… C´était un très bon début..

Le samedi MISÈRE tout était complet mais heureusement à l´Institut Lumière (où les deux célèbres frères ont inventé le cinématographe et filmé leurs premiers films) nous avons pu assister à un documentaire en présence au rang derrière de Michael Cimino (et non pas Cheminot!).

Enfin le dimanche du Kean Loach bien remuant (invité d´honneur du festival) et du Vittorio De Sica bouleversant sur superbe écran…O-u-a-h!

Un week end fabuleux ponctué de bons repas lyonnais, un beau et grand festival, à refaire sans hésitation.

 

Bilan du mois / Bilan del mes

Posted in Escritura / Ecriture, Fotos / Photos, Temas del día on septiembre 30, 2012 by marie

Dessin “Différents” de Clarisse

La tour Eiffel dit : “Ça ne vous gêne pas que je sois plus haute?”

Le Lion de Belfort : “Au contraire vu que je suis le plus fort, regardez!”.

Dibujo “Diferentes” de mi sobrina Clarisse

La Tore Eiffel “No le molesta que yo esté más alta?”

El Leon de Belfort (escultura de Bartholdi que hizo la estatua de la Libertad) contesta “Al contrario porque yo soy el más fuerte, ¡miren!”

(versión española más a bajo)

Voici maintenant un mois que je vis dans la ville de Belfort, une ville d´environ 50 000 habitants située au nord est de la France proche de la Suisse et de l´Allemagne.

Venue pour une mission professionnelle pour le festival International du Film de Belfort “EntreVues” je vis chez mon frère Fred et ma belle soeur Laure et leurs 3 enfants Clarisse, Zoé et Anatole, à seulement 10 minutes à pieds de mon lieu de travail : le Cinéma des Quais.

Comme son nom l´indique il est au bord de l´eau, voisin d´un courant d´eau appelé La Savoureuse que je longe matin, midi et soir.

De la maison au cinéma, du cinéma à la maison…

Entre les deux : le conservatoire et les canards. On peut dire aujourd´hui après plus de 100 va et vient que les canards sont devenus rapidement un élément de mon nouveau chemin routinier. J´ai eu un certain plaisir à me dire que même si ma mission était de courte durée (4 mois) elle comportait quand même des éléments de routine (qui dit routine dit sécurité et stabilité pas toujours mes meilleures copines ces derniers temps).

Ma routine tourne donc pour commencer autour de la vie des canards. À ce titre une liste de leurs différentes activités est en cours d´élaboration.

Rapidement des éléments de la routine de mes hôtes -parfaitement en fonctionnement depuis 17 ans- sont venus se greffer à mes canards.

Bizarrement rien à redire à celle-ci même plus les horaires du coucher ou leur obsession du bio. Avec eux ça roule, des parents qui s´aiment et des enfants heureux, ça fait du bien à voir. Ils m´ont fait une place sous les toits où j´entend la pluie comme si j´étais dans les cieux. Au lever c´est si inquiétant que les dernières minutes de semi sommeil rythmées par la collision des gouttes contre le velux sont d´une étrange beauté.

Parfois les filles montent me voir dans mon nid, elles jouent avec leur lego, elles regardent des films avec moi et on fait des plans sur la comète car bien sûr à quelques toits de là j´ai ma fusée garée. Le « titou » quant à lui du haut de ses 8 mois sourit tout le temps, la vie est belle.

Vraiment avec eux j´ai de la chance, même quand je leur raye –pardon- quand je leur défonce la porte de leur Picasso ils me jettent un  « c´est bon Marie » depuis en bas en voyant les dégâts pour que je ne m´inquiète pas.

Au cinéma enfin au travail, l´équipe est sympa, ma chef cinéphile et puis il y a Amélia stagiaire portugaise qui sort d´une école de ciné toujours partante pour un film après le boulot. Nous passons par les couloirs secrets et nous accédons direct au cinéma, ancien abattoir comportant 17 salles très classes. Il fut racheté par Pathé mais a toute une programmation art et essai gérée par l´association Cinémas d´aujourd´hui qui organise le festival. Ce qui est super avec cet endroit c´est que quelque soit le film on a toujours de superbes salles.

Mon travail pour le festival consiste à communiquer sur l´événement et rechercher des publics. Il y a eu une phase d´envoi de documents un peu répétitive mais heureusement parsemée  de diverses rencontres notamment celles avec des étudiants qui travailleront des actions de com pour le festival. Maintenant ça y est ça commence à tourner, les contacts se font plus concrets et les échanges intéressants, mes ptits jeunes me tutoient car « ah oui vous êtes enfin tu es jeune enfait »… No comment !

Depuis que je suis ici nous avons reçu deux réalisateurs Namir Abdel Messeeh pour son film “La vierge, les coptes et moi” et Manuel Poirier pour “La petite amie d´Antonio”.

Namir est venu pour la soirée d´inauguration il ya avait beaucoup de monde et de travail, je n´ai pas pu échanger avec lui, dommage car son film-documentaire était bien sympa.

En revanche en ce jeudi 27 septembre un mois pile poil après mon premier jour de travail, j´étais assise en face de Manuel Poirier en train de boire un verre de vin blanc et échanger de ses futurs projets, je suis rentrée chez moi comment dire…

tendance…plutôt heureuse.

Certes il fait déjà froid ici, il pleut presque 6 jours sur 7, les gens ont un accent très bizarre et ne sourient vraiment pas si vite, je me sens comme en Erasmus dans mon propre pays, mais qu´importe ?

J´ai vu The Bewitched Hands en concert, Florence Foresti en retransmission, plein de films en VO, fait 2 soirées pygama party et commencé un atelier photo…

Bilan du mois comment dire…

Tendance…

plutôt, plutôt.

Hace un mes ahora que vivo en Belfort, ciudad de 50000 habitantes en el norte al este de Francia cerca de Suiza y Alemania.

Aquí para una misión profesional para el festival internacional EntreVues, vivo en casa de mi hermano Fred, mi cuñada Laure y sus tres hijos Clarisse, Zoé y Anatole, que solo está ubicada a 10 minutos caminando de mi lugar del trabajo: el “cinéma des quais” o sea de los muelles. Como su nombre lo explica está al lado de un corriente de agua,  un pequeño río llamado “La saborosa” que sigo caminando cada mañana, medio día y noche para ir al trabajo.

De casa al cine, del cine a casa…

Entre estos dos sitios: el conservatorio y los patos. Puedo decir hoy después de más de 100 idas y vueltas que los patos han formado rápidamente parte de mi rutina. Tuve una sensación bastante agradable en decirme que aunque mi misión era de corto plazo (4 meses) tenía unos elementos de rutina (porque quien dice rutina dice seguridad y estabilidad no siempre mis mejores amigas estos últimos años).

Mi rutina gira entonces para empezar alrededor de la vida de los patos. De lo cual estoy preparando una lista de sus actividades.

Además unos elementos de la rutina de mis anfitriones –perfectamente establecida desde 17 años- han venido a acompañar mis interesantes patos.

De esta rutina no me puedo quejarse ni siquiera de los horarios para acostarse o de su obsesión para la comida bio. Con ellos va muy bien, los padres se quieren y los niños son felices, verlo es lindo. Me hicieron un sitio arriba bajo los techos donde escucho la lluvia como si estuviera en el cielo. Al despertarse es tan preocupante que los últimos minutos de sueño ritmados por el choque de las gotas contra la ventana son de una belleza muy extraña.

A veces las niñas suben a verme en mi nido, juegan con sus legos, miran pelis conmigo y soñamos juntas. El peque “titou” con sus 8 meses la pasa sonriendo todo el tiempo, para él la vida está maravillosa ya.

Con ellos tengo mucha suerte la verdad, hasta cuando rayo la puerta de su Picasso contra la pared me gritan un “tranqui Marie” desde a bajo viendo la catástrofe para que no me preocupe mucho.

Al cinema, mejor dicho al trabajo, la gente es simpática, mi jefa cinéfila y hay Amélia una chica de Portugal en practica quien sale de una escuela de cine, siempre OK para ir al cine a la salida del trabajo. Pasamos por los corredores secretos y llegamos directamente al cinema, antiguo matadero que tiene 17 salas muy elegantes. Fue comprado por Pathé pero tiene toda una programación más alternativa manejada por la asociación Cinémas d´aujourd´hui que organiza el festival. Lo que es genial con este sitio es que cualquier peli se ve en una sala siempre gigante.

Mi trabajo para el festival es de comunicación y búsqueda de públicos. Hubo una fase de envió de documentos un poco repetitiva pero felizmente alternada con unos encuentros entre otros los con los estudiantes pilas que van a participar en el festival con acciones de comunicación. Ahora empieza a ir bien, los contactos se hacen más concretos, los intercambios interesantes, mis jóvenes me dicen “tu” porque “usted es perdón tu eres joven en realidad”… No comment!

Desde que estoy aquí recibimos dos directores de cine: Namir Abdel Messeeh para su película “La vierge, les coptes et moi” y Manuel Poirier por “La novia de Antonio”.

Namir vino por la noche de inauguración había mucha gente y trabajo entonces no pude intercambiar con él.

Pero este jueves 27 justo un mes después mi primer día, estaba sentada frente a Manuel Poirier bebiendo un vasito de vino blanco intercambiando sobre sus fututos proyectos…

Regresé a casa en un estado anímico…

como decir…

Bastante positivo.

Bueno aquí ya hace frío, llueve casi 6 días a la semana, la gente tiene un acento muy raro y no sonríe así de fácil, me siento como estudiante Erasmus en mi propio país pero que más da?

The Bewitched Hands en concierto, Florence Foresti en retransmisión, un montón de pelis en versión original, he hecho dos pygama-party y empezado un taller de fotografía argéntica…

El bilan de un mes…

como decir…

Bastante, bastante.

Gypsy & Roll in Kezmarok !

Posted in Fotos / Photos, Proyectos/ Projets, Temas del día on julio 26, 2012 by marie

“Tout est question de rythme” me disait un savant sage récemment.

Effectivement…

Long a été le temps à attendre ce tournage et vite est il en train de se produire!

2 semaines déjà que nous sommes à Kezmarok pour filmer le groupe explosif Kesaj Tchave. Le temps d´assister à quelques répet, d´aller dans les bidonvilles où vivent les enfants du groupe, se souvenir de leur prénom, assister à un annif,  prendre des cafés avec Ivan et Helena le fondateurs du groupe pour découvrir et partager leur inquiétudes et leur quotidien…et op un orage, deux orages, du soleil, de la pluie… et nous revoilà en train de faire les valises!

Vendredi nous partirons avec la bande pour accompagner la tournée du groupe en France avec des dates à Montpellier, dans les Cévennes, dans le Rouergue, Lourdes et Bayonne. Pour voir le groupe: http://www.myspace.com/kesajtchave

Donc profitant de dernières minutes libres je laisse ici quelques photos de ces 15 jours en Slovaquie…denses et rythmés!

“Todo se trata de ritmo” me decía un sabio hace poco.

Es cierto…

Largo fue el tiempo de espera para este rodaje y tan rápido está pasando ahora!

2 semanas ya que estamos en Kezmarok para grabar al explosivo grupo Kesaj Tchave, el tiempo de asistir a varios ensayos, ir en los campamentos donde viven los niños, acordarse de sus nombres, estar en un cumple, tomar cafés con Ivan y Helena los fundadores del grupo para descubrir y compartir sus inquietudes y su cotidiano… y bam una tormenta, dos tormentas, sol, calor, lluvia… ya estamos de nuevo haciendo maletas!

Viernes saldremos con la banda para acompañar la gira del grupo en Francia con fechas en Montpellier, en los Cévennes, en el Rouergue, Lourdes y Bayonne. Más info en el myspace: http://www.myspace.com/kesajtchave

Entonces aprovechando los últimos minutos libres dejo aqui unas fotos de estas 2 semanas en Eslovaquia… densas y ritmadas!

Bye bye Hellcife o à tout fucking l´heure!

Posted in Escritura / Ecriture, Fotos / Photos, Temas del día on diciembre 12, 2011 by marie

En français: sous les photos.

Mi friend Pauet me dice “tu la flipas rapid”.

Se sorprende siempre que después de 2 días o media hora yo pueda decir “este sitio es la bomba” o “esta persona es fantástica” porque el regula sus sensaciones, todo se queda equilibrado, tranquilet el Pauet.

Entonces le contesto que si no la flipo no soy yo, sentir estos subidones y bajones de emociones me hacen sentir viva.

Me repite “te flipaste con Recife”.

Pues pod ser…o no.

Llegué, me encantó un montón de cosas, me querría quedar hasta Carnaval y total en las últimas semanas ya no podía respirar más en esta ciudad, me sentía atrapada y necesitaba irme.

Irse para cerrar capítulos.

Nuestro primer documental, vaya aventura, vaya experiencia… vaya trabajo!

Vivir en Recife me trajo muchas cosas y experiencias interesantes, aunque lamenté muchas veces la falta de tiempo para investigar más la ciudad y sus numerosas actividades culturales.

Fuimos a playas muy bonitas, a fiestas underground, cool, y super popelup, un festival de cine increíble…Trabajamos por el Cervantes gravando flamenco y al mismo tiempo iba pegando los ultimo papelitos de las secuencias del docu en la pared… El guíon: un puzzle en la pared.

Cada día íbamos marcando las secuencias hechas contentos de ver que íbamos avanzando.

El calor empezó a aumentar y el aire contaminado se hacía cada vez más inaguantable.

Bye bye Hellcife…

Nos fuimos al norte: Joa Pessoa… mhum… no me flipé pero leí Mafalda. Pau un poco porque pudo -después 4 meses- ver un partido del Barça. Conocimos otro flipado que había viajado por todo el mundo, que nos explicó el trafico de delfines, los corientes marineros… “increivel increivel!”

De ahí nos fuimos a PIPA para pasarla pipa.

En Pipa llegamos y al principio no me flipé, pensé que como era una pequeña ciudad muy turistica nos íban a engañar y que a parte de playas no ibamos a ver nada.

Total nos quedamos más de una semana… y… me flipé.

Me flipé con las playas desiertas y al agua caliente, me flipé con la luna que veía llenarse cada día más nadando en la piscina que quedaba a 5 metros de nuestra habitación, me flipé con los zumos, las palmeras, el Barça otra vez, los partidos de ajedrez, el reggae por todos sitios y sobretodo con la gente.

Empezamos a conocer Jesus un vasco mayor que fue diseñador de ropa en India, jefe de una discoteca y que ahora va a abrir un centro privado de tantra. Luego conocimos a Laurent de Marseille un personaje muy peliculero de cual podría contar mil historias. Y hubo Larz de Chicago de la possada donde estabamos, un freaky de estos que dice “fuck” cada 3 palabras…

Total unas personas de estas que no cruzas cada día y que te dices realmente pueden existir personas así?

Pues si, existen. Existe una cantidad de personages y de sitios a conocer tan grande como la cantidad de documentales por hacer (me flipo?).

Anyway, Brasil no me deja otra que pensar en cuando y como regresar, ojala que este cierre marca un otro principio y que las cosas siguen en este camino, camara a mano.

Aprovecho para agradecer Aleks por la oportunidad increíble que nos ofreciste (ojala que algun día podamos proponerte un proyecto tan genial que este), a Juliana por su gentilleza permanente, y obviamente a Pau por haber compartido esta experiencia conmigo y por haberme hecho dar cuenta que flipada soy, flipada quedaré porque “la vida es una tom tom tombola”.

Mon ami Pauet me dit “tu t´emballes vite”.

Il se surprend toujours qu´après 2 jours ou une demi-heure  je puisse dire “cet endroit est genial!” ou “cette personnes est fantastique” car lui il régule ses sensations, tout est équilibré, tranquilou le Pauet.

Donc je luir épond que si je ne m´emballe pas, je ne suis pas moi, que sentir ces montées et descentes d´émotions me font sentir vivante.

Il me répète “tu t´es emballée pour Recife”.

Peut être…ou non.

Je suis arrivée, j´ai adoré plein de choses, je voulais rester jusqu´au Carnaval et les dernières semaines je ne pouvais plus respirer dans cette ville, je me sentais bloquée et j´avais besoin de partir.

Partir pour fermer des chapitres.

Notre premier documentaire, quelle aventure, quelle expérience, quel travail!

Vivre à Recife m´a permise de vivre des expériences intéressantes bien que souvent je manquais de temps pour profiter des activités culturelles de la ville. Nous sommes allés à de belles plages, à des fêtes underground, cools et super popelup, un festival de ciné incroyable. Nous avons travaillé pour l´Institut Cervantes (filmant du flamenco) et en même temps je collais les derniers bouts de Napier des séquenles du documentaire au mur… Notre scénario: un puzzle sur le mur.

Chaque jour nous cochinos les séquenles faites contents de voir que nous avançions.

La chaleur commença a augmentar et l´air pollué se faisait de plus en plus insupportable.

Bye bye Hellcife…

Nous sommes allé au nord: Joa Pessoa… je ne me suis pas emballée mais j´ai lu Mafalda. Pau un peu car après 4 mois il a en fin pu voir un match du Barça. Nous avons connu un autre “emballé” qui avait voyagé partout, il nous expliqua le trafic des dauphins, les courrants marins… “incroyable, incroyable!”

De là nous sommes allé à Pipa.

Au début je ne me suis pas emballée j´ai pensé que comme c´était trés touristique on allé se faire avoir et qu´à part les plages on allait pas voir grand chose.

Finalement nous sommes restés et je me suis emballée…

Je me suis emballée à cause des plages désertes, et de l´eau chaude, de la lune que je voyais se remplir jour après jour en me baignant dans la piscine qui était à 5 mètres de notre chambre, des jus de fruits, des palmiers, du Barça de Nouveau, des échecs, du reggae partout et surtout à cause des gens.

Nous avons connu Jesus un basque de 67 ans qui fut designer de vètements en inde, directeur de boîte de Nuit et qui va ouvrir maintenant un centre de tantra privé. Ensuite nous avons connu à Laurent de Marseille, un personaje de film dont je pourrai raconter deja 1000 histoires. Puis Larz de Chicago, qui dirigeait l´hotel où nous étions, un de ces perchés qui dit “fuck” tout les 3 mots…

Bref ce genre de personnes que tu ne croises pas tous les jours et que tu demandes si ils existent vraiment?

Et oui ils existent. Il existe une quantité de personajes et d´endroits à connaître aussi grande que la quantité de documentaire à faire (je m´emballe?).

Le Brésil ne me laisse pas d´autre choix que celui de penser à quand et comment revenir, faite que ce final marque un autre début et que les choses puissent continuer dans ce chemin, la caméra à la main.

J´en profite pour remmercier Aleks pour l´opportunité incroyable que tu nous a offerte (en espérant qu´on puisse un jour te proponer un projet aussi intéressant), à Juliana pour sa gentillesse permanente et à Pau bien sûr pour avoir partagé cette expérience avec moi et pour me faire réaliser que oui je m´emballe vite et que je continuerai à le faire car la “vie c´est une tom tom tombola!”.

Vivir en Recife 2

Posted in Fotos / Photos on noviembre 21, 2011 by marie

 

Fotos de Aleks y yo

De inspiración Iranzeña en un día Iranzeño

Posted in Fotos / Photos, Temas del día on noviembre 11, 2011 by marie

En este día especial muchas felicidades para ti!

El pase de diapositivas requiere JavaScript.

Remuant périple

Posted in Escritura / Ecriture, Fotos / Photos on octubre 25, 2011 by marie

Une bosse, deux bosses, trois bosses…

Les noix de coco tenues en grappe valsent avec les poulets encore en vie.

Quelques sacs de farine servent de fauteuil à un jeune garçon. Placé à l´avant, la tête au vent il peut profiter pleinement du spectacle : la traversée des champs de cannes à sucre, l´arrivée en ville.

Est ce là bas que tout se passe ?

Pour lui c´est peut être la centième ou millième fois qu´il fait ce voyage en terres Pernambuquéennes, pour moi c´est la première.

Les étoiles scintillent fort mais dans cette noirceur profonde on ne distingue que les silhouettes des passagers. De temps à autre de curieux lampadaires rouges éclairent notre chemin qui, parcouru par le camion, nous enveloppe d´un grand nuage de terre.

Mon ami s´immisce jusqu`au garçon, je n´y vois rien mais je le suis.

Tout autour de nous l´abondante forêt a quelque chose d´effrayant : les pointes des hautes feuilles des palmiers, la quantité de grillons, ou peut-être le souvenir de l´ardent violet du coucher de soleil.

Par dessus le bruit du moteur, on devine des bribes de conversation, elles ne sont pas dans ma langue mais leur présence m´apaise.

Je ne ressens plus de peur face à la nuit ni à cette proximité avec le grand inconnu, la magie est entrée, l´instant figé.

Nous arrivons à la ville où nous stoppons sur une petite place pavée. Demain les passagers du camion installeront le marché avec les premiers rayons de soleil, vers 5 heures. Ils déchargeront le camion et videront les sacs remplis de la veille.

Nous reviendrons les filmer, mémoriser cette fois l´abondance de couleurs, apprécier les sourires des deux marchandes, dire aurevoir au jeune garçon.

Photos d´Aleks: